Présentation

Marie-F Flambard, ex-graphiste et artiste dans l’âme

Je devais avoir environ huit ans, il y avait sur le mur de ma classe une affiche reproduisant le tableau de Salvador Dali «La femme aux tiroirs». Ce fût ma première rencontre avec une œuvre d’art. J’étais touchée, fascinée par l’étrangeté de cette scène. Elle m’absorbait littéralement, me questionnait, intriguant mon âme et mes yeux d’enfant. Comment pouvait-on poser autant de choses dans une peinture ? Profondément marquée par ce souvenir, je crois pouvoir dire que c’est grâce à Dali que je découvris la force de l’expression picturale. Aujourd’hui il est loin d’être l’artiste que je préfère. Pourtant il avait fait naitre en moi tellement d’émotions. Positives et négatives certes, mais des émotions, des interrogations, des réflexions qui m‘ ont, je crois, ouvert un chemin.

Je suis née dans le Sud de la France, où je réside toujours et où j’ai suivi des études artistiques aux Beaux-Arts de Sète puis de Montpellier. Après la naissance de mes deux filles, j’ai décidé de m’installer graphiste à mon compte, cette aventure a duré presque 15 années. Et puis, un jour je décide de me remettre à dessiner plus personnellement, plus librement. J’ouvre alors un blog : lespetitsgribouillisdemarie.wordpress.com dans lequelje partage mon projet de faire un dessin tous les jours pendant un an. Cela m’a permis de renouer avec des choses que j’avais sans doute un peu oubliées.

Depuis je n’ai plus arrêté de dessiner, de colorer, d’explorer. De manière intuitive, quelque chose d’impalpable me pousse à aller chercher au fond de moi et ce que j’y trouve je le pose dans mes dessins ou mes peintures. Parmi les thèmes explorés celui qui revient le plus souvent c’est celui des visages. Toujours, inlassablement, il s’impose à moi de manière quasi obsessionnelle. Visages inventés, imaginés presque toujours. Ce que je cherche n’a rien à voir avec la copie de la réalité, ce que je cherche à montrer est à l’intérieur. Intérieur de moi ou de l’autre. Ce qui m’inspire est le lien à l’autre, aux autres, au monde, à soi. Lien visible ou invisible qui fait de nous ce que nous sommes.

S’il faut donner un sens à cela, disons alors que c’est pour le plaisir, pour être heureuse, pour partager, pour être ce que je suis, pour adoucir, pour inventer, pour raconter, pour regarder, pour voir, pour me souvenir, pour oublier, pour questionner, pour interpeller, pour moi, pour toi, pour vous...